Background Image

Marie Laurencin

Fêtes de la danse / Lithographie originale

Image Image Image Image

Image

Fêtes de la danse 1937

Lithographie originale, en couleurs, signée dans la planche, une des épreuves du 5ème état. Epreuve à grandes marges sans le tampon de la Chalcographie du Louvre.

  • Tirage : Indéfini
  • Numéro : Sans
  • Papier : BFK Rives
  • Dimensions de l'illustration : 43,5 x 34 cm
  • Dimensions du papier (ou de la pièce) : 63,5 x 50,5 cm
  • Référence : Marchesseau n°187
  • Etat : Bon
  • Prix : 800 euros
  • Nous contacter pour commander cette oeuvre


Si vous souhaitez obtenir des informations sur cette oeuvre, nous proposer ou faire estimer des oeuvres de cet artiste, n'hésitez pas à nous contacter.
  • Obtenir des informations

    Demande d'informations sur : Marie Laurencin - Fêtes de la danse - Lithographie originale

    * Votre numéro nous permettra de rester en contact si notre réponse partait dans vos spams !
  • Contexte de l'oeuvre

    En langue japonaise avec une traduction française pour les renseignements essentiels, le Catalogue Raisonné des estampes de Marie Laurencin, a été établi par Daniel Marchesseau et publié en 1981, au Japon, par les Editions Kyuryudo de Tokyo. Cet ouvrage de référence sur l’oeuvre graphique de l’artiste répertorie 295 œuvres originales imprimées sur papier sur une période de plus d’un demi-siècle, courant de 1904 à 1956, y compris les nombreuses estampes ayant été réalisées dans le cadre du livre illustré. Œuvre graphique important, commencé par la technique de la gravure (eau-forte et aquatinte) par laquelle l’artiste s’exprimera toute sa vie durant, on y découvre quelques bois gravés (période avant la première guerre mondiale), puis un grand nombre de lithographies dont la première - en noir - sera publiée en 1920 et la première - en couleurs (« Le concert ») - le sera six ans plus tard. La pierre lithographique sera donc un support d’expression important de Marie Laurencin. Les deux dernières de ses 112 lithographies originales, réalisées au soir de sa vie (1956), s’appellent « Mélancolie » et « Tristesse ». L’artiste aura alterné au fil du temps, pour l’essentiel, gravures et lithographies.

    C.R. « L’œuvre gravé de Marie Laurencin » par Daniel Marchesseau, Ed. Kyuryudo, Tokyo, 1981