Isou Isidore Isidore Isou, hommage, galerie d'estampes Champetier
Background Image
Image

A la mémoire de ...

Image

Isidore Isou

À partir des années 1990, Isou, handicapé, ne se déplace presque plus. Naturalisé français dans les années 80, Isidore Isou s’éteint à son domicile, rue Saint-André-des-Arts à Paris, le 28 juillet 2007, seul et oublié ; il avait 82 ans. Ses cendres reposent désormais dans le columbarium du cimetière du Père-Lachaise, division 87, case n° 24193. La plaque commémorative est ornée de la citation suivante : « Je crois que de moi on a déjà dit tout le mal qu’on puisse dire. Ce qui me semble original et rare reste le bien qu’on puisse découvrir dans mes actions. » En son hommage, avec respect, cet iris.


Des dits ou des écrits

Pic

"L’exercice le plus urgent de la liberté est la destruction des idoles." - L’Internationale Lettriste, 1952

Pic

"Le lettrisme est l'art qui accepte la matière des lettres réduites et devenues simplement elles-mêmes ; et qui les dépasse pour mouler dans leur bloc des œuvres cohérentes." - Isidore Isou

Pic

"Lorsque je publie un texte qui ouvre un chemin inédit à l'art, mes adversaires remarquent simplement que je n'ai pas prouvé la valeur de ce chemin, par un nombre suffisant d'œuvres. Lorsque je publie des œuvres qui prouvent la valeur de la voie que j'ai ouverte, mes adversaires remarquent seulement que, cette fois, je n'ai rien découvert d'original." - Isidore Isou

Pic

"C’est un Nom et non un maître que je veux être." - Isidore Isou

Pic

"Profondément utopiste, Isidore Isou imagine de nombreux concepts qu'il applique au travers de ses propres créations. Après la poésie, il étend son système théorique à d'autres disciplines notamment les arts plastiques, le théâtre, le cinéma, la musique. etc., avant d'envisager de bouleverser les domaines scientifiques." - Nicolas Liucci-Goutnikov

Pic

"C'est un des grands esprits de l'après-guerre mais trop complexe pour avoir été bien saisi, trop imprécateur pour une diffusion efficace de ses idées. / … / Isidore Isou avait l'obsession que les êtres puissent se comprendre, se tripoter . . . l'esprit." - Philippe Mathonnet